Compil'

Les changements de formations dans les groupes

écrit par Guillaume Ferrand le mercredi 9 mars 2022

Janis > Compil' > Les changements de formations dans les groupes >

Les changements de formations dans les groupes

 

Avant tout, petit cours d’anglicisme : qu’est-ce qu’un line up ? C’est à la base une expression issue du jargon militaire qui signifie “(s’)aligner”. Aujourd’hui, c’est un terme un peu fourre-tout qui désigne aussi bien la liste des joueurs titulaires et la formation pour le match (vous êtes plutôt 4-3-3 ou 4-4-2 vous ?), la liste des artistes présents à un festival, ou en ce qui nous concerne, les membres d’un groupe.

Bien sûr, intrinsèquement, par définition, un groupe est une entité à géographie variable, entre les membres officiels et non officiels, le bassiste qui dit merde à tout, le batteur qui se lance à corps perdu dans un projet solo, la violoniste qui était juste passée faire coucou… les exemples sont légion. Mais ceux qui marquent le plus, c’est lorsqu’un des membres historiques du groupe, le noyau dur (au hasard, le chanteur, le frontman…) se fait la malle (de son vivant hein, la mort c’est une autre histoire). On peut en citer quelques-uns, en vrac, de manière loin d’être exhaustive.

 

Kasabian

 

L’un des cas les plus récents à avoir secoué la planète rock trouve son épicentre à Leicester, contrée perdue mais fertile de l’Angleterre qui a vu éclore Kasabian… mais l’a aussi vu péricliter… En effet, après 2 décennies de bons et loyaux services, Tom Meighan a été contraint de passer le flambeau à son complice Sergio Pizzorno après avoir été jugé coupable de violences conjugales. C’est moche.

Alors oui, d’aucuns diront que Kasabian ce n’était déjà plus vraiment ce que c’était depuis quelques albums… à voir comment le groupe va s’en remettre avec Sergio seul aux manettes !

Les changements de formations dans les groupes

 

Archive


Autre groupe phare de la scène anglaise des 90s, Archive excelle dans l’art de changer d’effectif au gré des albums, gravitant autour des deux leaders Darius Keeler et Danny Griffiths. Cette mue permanente fait partie du fonctionnement même du groupe. S'ensuivent des sonorités, et même un style, toujours différents, oscillant entre l’électro, le rock, l’ambient, le trip-hop.. Ci-dessous un graphique qui illustre bien les changements des membres au sein du groupe (source Wikipédia) :

 

Les changements de formations dans les groupes

 

Pink Floyd


Tiens, en parlant d’Archive, comment ne pas évoquer les Pink Floyd ? Plus que mythique, l’histoire du groupe relève carrément de la mythologie. Pour mieux s’y retrouver dans l'histoire qui va suivre, voici un petit organigramme. Les membres fondateurs du groupe sont les suivants :

  • Syd Barrett, guitariste, chanteur et auteur-compositeur principal du groupe (le meneur, donc) et accessoirement grand amateur de LSD (c’est ce qui causera sa perte),

  • Richard Wright, auteur-compositeur-interprète, claviériste et chanteur

  • Roger Waters, le bassiste 

  • Nick Mason, le batteur

Après un début de carrière modeste avec et un album à son actif, Syd Barrett, pour qui la vie n’est plus qu’un vaste bad-trip sous acide, se fait évincer du groupe et sera remplacé par David Gilmour, son ami d’enfance.

Roger Waters finit par prendre les commandes, de manière de plus en plus despotique, sort The Dark Side of the Moon, Wish you Were Here, Animals et The Wall (excusez du peu), ainsi que The Final Cut (considéré comme un quasi album solo) et tire sa révérence. Entre-temps, durant l’enregistrement de The Wall, Richard Wright se sera fait renvoyer du groupe (mais prendra tout de même part à la tournée en tant que musicien d’accompagnement), au sein duquel les tensions s’accumulent.

Puis Gilmour décide de reprendre le flambeau, enregistre un album avec Nick Mason (le seul membre originel toujours dans le game, bien joué), puis décident de réintégrer Wright pour les deux suivants, A Momentary Lapse of Reason (1987) et The Division Bell (1994) avant que l’aventure Pink Floyd ne prenne définitivement fin.


Les changements de formations dans les groupes

 

Genesis


Bien que le groupe a connu un certain turn-over au long de ses quatre décennies d’existence, on a tendance à considérer que Genesis a eu deux vies, une avec Peter Gabriel (de 1967 à 1975), l’autre avec Phil Collins (de 1971 au milieu des 90), avant de tranquillement en mener une troisième avec Ray Wilson au chant. Seuls Mike Rutherford et Tony Banks, deux des membres fondateurs ont été de la partie pendant tout ce temps.

Depuis il y a deux écoles, deux teams : la période Gabriel vs. la période Collins. Ce n’est pas Homer Simpsons qui dira le contraire : 

 

 

AC/DC

 

Puisqu’on est lancé dans les histoires de rock, allons y à fond la caisse avec un de ses plus fidèles et célèbres représentants, AC/DC. À la base fondé par deux frères nés au pays du kilt et de la cornemuse, Angus et Malcolm Young (tous deux guitaristes), la composition du groupe a pas mal évolué depuis ses débuts jusqu’à nos jours, notamment concernant ses chanteurs. Pour résumer grossièrement, dans les grandes lignes, l’histoire du groupe et son line-up principal :

  • Bon Scott jusqu’en 1980, mort étouffé dans son vomi (la base - maudite gueule de bois).

  • Brian Johnson est alors choisi pour remplacer Bon, ce qui s’avère être un choix plutôt payant commercialement puisque AC/DC sortira la même année son plus gros succès ever : l’album Back in Black (cela aura tout de même pour effet de diviser les fans de la première heure et du chant de Bon Scott).

  • Phill Rudd, batteur intérimaire mais néanmoins historique du groupe (1975/1983, 1994/2014 et à nouveau à partir de 2019)

  • En 2016, après une série de péripéties diverses et variées, propres à un tel groupe, Brian Johnson se verra contraint de céder sa place à Axl Rose, chanteur des Guns N' Roses, pour une dizaine de dates de concert, au risque de finir sourdingue.

  • Puis c’est Malcolm, qui passe l’arme à gauche en 2017, que le neveu de la fratrie Young, Stevie, avait déjà eu l’occasion de remplacer lors de concerts à la fin des années 80 ou sur l’album Rock or Bust sorti en 2014.

Les changements de formations dans les groupes


 

On aurait aussi pu citer ; 

  • The Velvet Underground, avec ou sans Nico, avec ou sans John Cale…

  • Téléphone, parce qu’en France aussi on sait se fritter en groupe.

  • Joy Division / New Order, nouvelle configuration (RIP Ian Curtis), nouveau groupe, puis un changement de bassiste en 2011. 

  • INXS ou quand un groupe se trouve un nouveau chanteur via une émission de téléréalité…

  • Scorpions, là aussi ça a bougé dans tous les sens… Sur les 5 membres actuels, seul un l’est depuis le début (soit officiellement depuis 1965 quand même…). 3 sont considérés comme des protagonistes historiques. En tout, le groupe a connu une vingtaine de musiciens différents.

  • etc etc

écrit le mercredi 9 mars 2022 par

Guillaume Ferrand

Rédacteur pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Voir d'autres articles

mis à jour le mercredi 9 mars 2022

Encore curieux ?