News

The Vault, L’héritage hallucinant de Prince

écrit par Maxim Ginoux le mercredi 23 juin 2021

Janis > News > The Vault, L’héritage hallucinant de Prince >

The Vault, L’héritage hallucinant de Prince
 

Prince a disparu il y a maintenant cinq ans, mais continue de faire parler de lui. Artistes aux multiples talents, il était sûrement un musicien très prolifique qui n’a jamais cesser de créer de nouvelles chansons, pour lui ou pour d’autres artistes. C’était un bourreau de travail qui ne s’arrêtait jamais d’enregistrer, et ce, même en tournée. Tellement prolifique qu’un nombre astronomique de morceaux n’ont encore jamais vu le jour. Des bribes de chansons, ou des morceaux entiers, tous les enregistrements étaient – et sont encore – gardés dans un coffre dans son domaine à Paisley Park. Si, à sa mort, le problème de l’héritage de ces chansons était un gros sujet de dispute, il est maintenant quasiment résolu et les fans peuvent enfin entrevoir de nouveaux albums à venir à titre posthume. 
 

Une image contenant personne, stade, scèneDescription générée automatiquement

Mais attention, ici on ne parle pas d’un ou deux morceaux qui traînent, des versions lives de Kiss ou autres entourloupes pour se faire du fric sur le dos d’un mort. Non, ici on parle d’environ 8000 chansons jamais sorties. Le chiffre est presque inimaginable, de quoi faire assez d’albums pour encore un bon millénaire.

Take a look inside Prince's underground bank vault full of unreleased music  - Consequence

Une chose que Prince avait bien compris, c’est que la mort n’est pas une fin en soi. Elle peut tout aussi bien être le début d’une histoire, nouvelle, inattendue. C’est ainsi qu’à la mort de Prince, une nouvelle ère est née, celle du Vault.

À l’âge de 40 ans, Prince avait déjà enregistré plus de chansons que n’importe quel artiste ne pourrait en produire tout au long de sa vie. On parle quand même de 44 albums studios, sans parler des singles ou des chansons données à d’autres. Un bourreau de travail qui voulait protéger son travail coûte que coûte. Car Prince était un peu tête en l’air (ou le nez un peu trop dans la poudreuse), et il égarait souvent des albums inédits dans des taxis, des chambres d’hôtels ou des bars. Il a donc décidé de construire un coffre-fort dans sa propriété de Paisley Park, dans la banlieue de Minneapolis. Et c’est ainsi qu’au fil du temps, des milliers de chansons se sont retrouvées là, connues et écoutées d’un seul homme. Une façon de garantir son éternité. 

À sa mort en 2016, une longue bataille juridique a commencé pour savoir qui détenait les droits de ce bijou, puisque Prince est mort sans laisser de testament, à défaut d’avoir laissé un héritage merveilleux. Un coffre frustrant, quasiment impénétrable pour la plupart.

Le challenge ici est de réussir à monétiser cet héritage, sans détruire l’esprit de Prince et ce qu’il voulait véhiculer. Challenge qui a été confié à Troy Carter, ancien manager de Lady Gaga. Depuis qu’il a rejoint le dossier de succession de Prince en 2018, Carter a supervisé le déménagement de la majorité du coffre à Iron Mountain, un centre de stockage à Los Angeles. Il a aussi créé une équipe d’archivistes dont le travail consiste à proposer de nouvelles sorties de matériel musical cohérentes. Un travail à temps plein

Prince Will Always Be a Gay Icon—Even Though He Sometimes Seemed Homophobic  - The Atlantic

Pour Carter, c’est un job important et très sérieux. Comme il a déclaré dans la presse : ‘"Je veux m’assurer que Prince n’est pas quelque part au paradis en train de me regarder de travers". 

C’est ainsi que le premier album – enregistré en 2010 - de cette longue collection devrait sortir le 30 juillet et s’intitulera Welcolme 2 America. Le morceau titre est d’ailleurs déjà disponible sur toutes les plateformes de streaming. 

Cet album est l’un des albums les plus politiquement engagés. Il aborde des sujets encore d’actualité, comme les violences et la brutalité policière ou encore la désinformation en continu. Shelby Johnson, qui a participé à cet album, a même déclaré que l’album aurait plus d’impact aujourd’hui qu’en 2010, avec le climat constant d’insécurité. 

Un album à prendre très philosophiquement, qui questionne nos vies et notre manière de vivre en plus de nous imposer une question. On peut ne pas croire en Dieu, mais comment ne pas croire en Prince, qui vient de créer sa propre immortalité ? 

écrit le mercredi 23 juin 2021 par

Maxim Ginoux

Rédacteur pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Voir d'autres articles

mis à jour le vendredi 22 octobre 2021

Encore curieux ?