Series

1967-1971 : début et fin du rêve hippie / Chapitre 2 :  La fin du rêve hippie : les meurtres de la Manson Family 

écrit par Maëva Vincent le mardi 23 février 2021

Janis > Series > 1967-1971 : début et fin du rêve hippie / Chapitre 2 :  La fin du rêve hippie : les meurtres de la Manson Family  >

1967-1971 : début et fin du rêve hippie

 

Chapitre 2 :  La fin du rêve hippie : les meurtres de la Manson Family 

 

Comme pour toutes drogues, après le plaisir, il y a la redescente. Nous sommes encore en 1967, le rêve hippie prend de l’ampleur, mais la « Manson Family » aussi.

 

Inside Spahn Ranch: The place the Manson Family called home – Film Daily
 

Charles Manson, chef d'une des sectes les plus meurtrières des États-Unis, est un petit homme banal qui calque son mode de vie à celui des hippies. Il crée sa communauté “La Famille” et partage ses prophéties : en associant des extraits de la Bible à des textes du White Album des Beatles, Manson assure que les afro-américains vont bientôt dominer les blancs puis se tourner vers lui pour diriger cette nouvelle nation. Les femmes qu'il fait vivre à ses côtés sont des esclaves sexuelles. Ça fait déjà froid dans le dos... Mais ce n'est pas tout.

 


Le 9 août 1969 à Los Angeles, Sharon Tate, femme du réalisateur Roman Polanski, et quelques amis du couple sont massacrés. L’actrice a subi 16 coups de couteaux du groupe sous hallucinogènes. À ce meurtre s'ajoute celui d'un coiffeur de la jet-set – sept coups de couteau – ainsi que celui d'une héritière d'une chaîne de café – vingt-huit pour celle-ci- et de son mari – cinquante-et-un. Ils ne sont malheureusement pas des cas isolés.

Quel était le but ? Précipiter l'ascension afro-américaine en leur imputant ces crimes. La marque de fabrique est aussi effrayante : des inscriptions sur les murs avec le sang des victimes : « Pig », « Death to the pigs » ou encore, « Helter Skelter ». Les adeptes reconnaîtront le titre des Beatles, utilisé à des fins monstrueuses. Lors de son procès, Manson déclare au procureur « Les gamins écoutent leur musique et comprennent le message. C’est subliminal ». Dès lors, il lui paraît évident que ce n'est pas à lui d'être incriminé, mais celui qui a écrit ces paroles. C'est un choc. Les hippies sont décrédibilisés. Les Beatles désemparés. 

Peu de temps après cela, plusieurs musiciens - U2 par exemple - décident de reprendre ce titre afin de se le réapproprier symboliquement. 

 


« Soudain, toute cette violence est survenue en plein milieu de cet amour, de cette paix et de ce psychédélisme : c’était misérable et tout le monde à L.A. s’est dit « Oh mon Dieu, ça peut arriver à n’importe qui ». Heureusement, ils ont attrapé ce connard ». a déclaré Ringo Starr. 

Plus tard, on apprend que La Famille a essayé de contacter les Beatles pour les inviter avant la guerre raciale, en vain.

Fait intéressant : Manson est aussi un bon musicien. Il fait travailler ses disciples sur son album afin d'être produit par Terry Melcher. Cependant, ce dernier coupe les ponts avec Manson et déménage ; l'enregistrement n'a jamais lieu.



 

En 1971, le procès de Charles Manson aboutit à l’exécution. Une année plus tard, celle-ci est abolie dans l’État. Il restera en prison jusqu'à sa mort en 2017 tout en étant sujet à de nombreuses recherches psychologiques. Bien que cela soit dur à accepter, ce dernier aura réussi à contribuer à la mise à mort du mouvement hippie... La suite de la série demain avec le chapitre 3 : La fin du rêve hippie : la séparation des Beatles.



 





 
écrit le mardi 23 février 2021 par

Maëva Vincent

Rédacteur en chef pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

mis à jour le mardi 23 février 2021

Encore curieux ?