Series

Shintaro Sakamoto, l'OVNI

écrit par Hugues Ranjard le mardi 3 août 2021

Janis > Series > Shintaro Sakamoto, l'OVNI >

Shintaro Sakamoto, l'OVNI

 

Notre grand guide pour découvrir la musique japonaise prend aujourd'hui une nouvelle tournure avec l'OVNI Shintaro Sakamoto. Dès l’éclatement du groupe de rock psyché Yura Yura Teikoku, son ex-leader, Shintaro Sakamoto, lance directement sa carrière solo. On a peu d’information sur la vie de cet artiste. Ce qui est sûr, c’est qu’il a gagné une grande renommée au Japon grâce à son ancien groupe qui connaissait une grande popularité à Tokyo. À plus de 50 ans, Sakamoto a trois albums solos et un EP à son actif, 4 claques. C’est lui qui enregistre pratiquement tous les instruments, compose et fait les artworks. Ses œuvres solos sont très écoutées en dehors du Japon. Il sort ses disques sur le label Zelone Records, qu’il a lui-même monté. Sakamoto est toujours accompagné, et ce, depuis Yura Yura Teikoku, de sa Gibson SG Original. On tombe très rapidement accro à sa musique, au son de l’enregistrement, aux lignes de basses. Sakamoto fait de la musique comme personne n’en a jamais fait auparavant. Lancez-vous dans la navette !

  

 

Shintaro Sakamoto, How To Live With A Phantom, 2011, Zelone Records, disponible sur les plateformes de streaming 

 

Dès le clap de fin de Yura Yura Teikoku en 2010, Sakamoto ne perd pas de temps et se met direct au travail sur son 1er album solo. How To Live With A Phantom et sa lounge-pop sort en 2011. La pochette de l’album nous prouve une nouvelle fois qu’on n’a ici pas affaire à un type ordinaire, loin de là. Sur l’image, Sakamoto pose derrière une mannequin de magasin, lui nous regarde dans les yeux, elle au loin. Avec ce premier album solo, on passe du rock psyché de Yura Yura Teikoku à des morceaux bien plus doux, difficiles à placer dans des courants musicaux distincts. Devant le succès de ce disque à l’étranger, Shintaro Sakamoto disait à l’époque : "J'avais l'impression que les gens aux États-Unis qui écoutaient de la musique japonaise étaient intéressés par des choses vraiment extrêmes - des trucs étranges, expérimentaux, avant-gardistes ou psychédéliques ". 

Sakamoto joue sur des rythmes saccadés, des répétitions puis harmonise tout. Il y a en général peu d’éléments dans ses morceaux, il en rajoute petit à petit avec la plus grande finesse. Il crée quelque part son idéal de la musique pop. On peut sentir dans ses morceaux une influence du mouvement tropicalia au Brésil de la fin des années 60, mais aussi des sons qui viennent bien de sa ville natale, Tokyo. 

  


Shintaro Sakamoto, Let’s Dance Raw, 2014, Zelone Records, disponible sur les plateformes de streaming

 

Let’s Dance Raw, deuxième album de Shintaro Sakamoto, et probablement son meilleur, est une compilation de dix morceaux d’exotica post apocalyptique. Sakamoto explore encore la musique en chantant la chute de la race humaine. C’est toujours lui qui assure presque tous les instruments. L’album est parsemé de grooves jazzy, de percussions brésiliennes et latines. La steel guitar omniprésente sur l’album rajoute une touche de subtilité à ces morceaux hors du temps. Sakamoto a appris à jouer de cet instrument juste avant d’écrire et d’enregistrer l’album… Il pose d’ailleurs fièrement avec l’instrument sur la pochette. 

Tout l’album dépeint des images à se demander si l’on se trouve à Honolulu, Rio ou Tokyo ... Sakamoto dit de ses morceaux : " Ce ne sont pas des chansons légères, elles sont généralement sombres, mais j'aime y ajouter un peu de piquant ou de folie ". Comme Hosono avec Happy End, Shintaro Sakamoto tient à sa langue maternelle et ne pense pas qu’elle crée une distance. Concernant la barrière de la langue, il dit : "J'ai toujours beaucoup réfléchi à la façon dont les paroles s'accordent avec la musique, pas seulement en termes de sens mais aussi de sonorité. Donc si vous regardez dans l'autre sens, je suppose que les gens peuvent apprécier les sons des mots, même s'ils n'en comprennent pas le sens ".

 

Shintaro Sakamoto, Love If Possible, 2016, Zelone Records, disponible sur les plateformes de streaming

 

Troisième album en date de Shintaro Sakamoto, Love If Possible est un nouvel OVNI. Ce disque est encore plus futuriste, espacé et aéré que les deux précédents. 

Beaucoup de termes, de tentatives de déterminations de style pour qualifier le bonhomme qu'est Shintaro Sakamoto. À la fois influencé par de nombreux genres musicaux, il réussit à créer quelque chose de jamais fait auparavant. Ces disques risquent de vous percuter de plein fouet et deviendront rapidement (je l'espère) indispensables à vos oreilles !

 

Depuis 2016 et la sortie de son dernier album, Shintaro Sakamoto a sorti 6 singles éparpillés, qui sortent 2 à 2. Et vu que tout ce que touche Shintaro Sakamoto se transforme en or, vous vous doutez bien que ces singles sont une nouvelle fois une grande réussite ... 

écrit le mardi 3 août 2021 par

Hugues Ranjard

Rédacteur en chef et Community Manager pour Janis

Voir d'autres articles

mis à jour le vendredi 22 octobre 2021

Encore curieux ?