Culte

L’histoire derrière le dernier concert des Beatles sur le RoofTop d’Apple Records 

écrit par Hugues Ranjard le vendredi 29 janvier 2021

Janis > Culte > L’histoire derrière le dernier concert des Beatles sur le RoofTop d’Apple Records  >

L’histoire derrière le dernier concert des Beatles sur le RoofTop d’Apple Records 

 


L’image est culte, le groupe est culte. Les quatre Beatles, pour une dernière danse le 30 janvier 1969, sont en place. C’est dans le cadre de la fin de tournage du documentaire Let it be que les Beatles, il y a de ça 52 ans jour pour jour, montaient pour la dernière fois sur scène ensemble.

 


Ce jeudi de janvier 1969 était gris, nuageux et pluvieux avant qu’une éclaircie magique ne se manifeste. Les riverains qui marchaient sous leurs parapluies, étaient loin d’imaginer que les Beatles se produisaient au-dessus de leur tête, en plein cœur de la ville.

Cela faisait depuis le 29 août 1966 et leur dernière tournée que les Beatles ne s’étaient pas produits sur scène. Perdus dans les cris inaudibles et le danger qui pesait sur eux, ils avaient décidé d’arrêter les concerts pour ne plus passer pour des « bêtes de foire » et se consacrer au studio et à l’expérimentation. Fini les chansons d’amour, place à une musique plus complexe et toujours plus moderne. Le reste n’est qu’histoire avec des albums comme Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, le White album ou bien encore Abbey Road qui n’ont jamais été interprétés sur scène. 

Le concert a eu lieu durant une période trouble des Beatles. George Harrison avait quitté le groupe brièvement, John Lennon avait des problèmes de dépendance à l’héroïne. L’omniprésence de Yoko Ono, compagne de Lennon, a également bien envenimé les choses... À en entendre certains récits, on peut effectivement comprendre que les autres Beatles en faisait une overdose. Un lit avait tout de même été aménagé dans le studio pendant les sessions de Abbey Road pour que Yoko s’y repose suite à un accident. George Harrison n’a également pas apprécié que Yoko lui vole un de ses gâteaux durant une séance d’enregistrement... True story. Évidemment, on ne peut pas mettre l’éclatement des Beatles uniquement sur le dos de Yoko. 

 
The Beatles “rooftop concert” on top of the Apple building (1969) :  OldSchoolCool
 


Billy Preston, invité par George Harrison et ami de longue date des Beatles les a accompagnés tout le long du concert au clavier. Il est le premier musicien réellement crédité sur un album des Beatles. Selon Preston, la décision de jouer sur le toit était spontanée même si l’idée de jouer dans le désert du Sahara avait été évoquée… Les problèmes que rencontrait le groupe se sont alors vite évaporés quand, à 12 h, les premières notes de Get Back sortirent des amplis. Car au fond, c’est cela qui nous intéresse, leur musique. 

La différence entre les quatre garçons en uniforme et leurs coupes au bol de la première moitié des années 60 est flagrante. Leurs cheveux ont poussé et leur musique est toujours plus recherchée. John Lennon, à son habitude, oublie encore et toujours les paroles de ses chansons et fait du charabia sur un passage de Don’t let me down, je cite : « And only reese we got the blootchy-koo », suivi d’un regard et sourire complice vers McCartney. Avant le concert, conscient de sa difficulté à retenir ses propres paroles, John Lennon avait demandé à un assistant d’Apple de lui tenir une feuille avec le texte de Dig A Pony. On peut le voir sur les images du concert.

 
 

En tout, Les Beatles ont joué neuf morceaux, 3 versions de Get Back, 2 de Don’t Let Me Down, 2 de I’ve Got A Feeling, une version de One After 909 et enfin Dig A Pony. Le concert aurait dû durer plus longtemps d’après certaines rumeurs, à en juger le nombre d’instruments sur scène qui n’ont pas été utilisés. De nombreuses caméras étaient disposées sur la scène mais également dans la rue pour filmer la réaction des passants qui se sont rassemblés pour probablement la meilleure pause déjeuner de l’histoire… 
 

 

Cependant, tout le monde ne se réjouissait pas de voir les Beatles jouer un concert gratuit… Stanley Davis, le marchand de laine d’à côté disait « I want this bloody noise to stop ». La police a finalement dû intervenir et a débarqué sur le toit pendant la troisième et dernière prise de Get Back. On y voit les policiers un peu emmerdés de devoir demander ça (compréhensible), mais la loi, c’est la loi, même pour les Beatles. Paul McCartney, rockeur comme jamais, s’en est amusé et quelque peu moqué en improvisant à la fin du morceau : “You’ve been playing on the roofs again, and you know your Momma doesn’t like it, oh she gets angry, she’s gonna have you arrested!”. 

Ringo Starr disait plus tard être déçu que la police demande seulement de baisser le volume et qu’elle ne se soit pas interposé de manière plus spectaculaire du genre à faire voler ses cymbales et défoncer la batterie. Ringo disait : “It could have been fabulous”, de plus que le tout était filmé. Pour finir en beauté, alors que les Beatles posent leurs instruments, John Lennon s’exclame avec son humour de toujours : “I’d like to say thank you on behalf of the group and ourselves and I hope we passed the audition”. Ces 42 minutes de concerts rappellent en elles-mêmes toute l’ingéniosité, l’innovation et le génie des Beatles, rassemblés une toute dernière fois ensemble.









 

 







 
écrit le vendredi 29 janvier 2021 par

Hugues Ranjard

Rédacteur en chef et Community Manager pour Janis

Voir d'autres articles

mis à jour le vendredi 22 octobre 2021

Encore curieux ?