Culte

Ces chansons qui ont changé l’Histoire : Fuck Tha Police de N.W.A : l’hymne des émeutes 92 à Los Angeles  

écrit par Lucile Grolleau le mardi 28 septembre 2021

Janis > Culte > Ces chansons qui ont changé l’Histoire : Fuck Tha Police de N.W.A : l’hymne des émeutes 92 à Los Angeles   >

Ces chansons qui ont changé l’Histoire : Fuck Tha Police de N.W.A : l’hymne des émeutes 92 à Los Angeles  

Le 29 avril 1992, les 4 policiers blancs accusés d’avoir tabassé à mort l’Afro-Américain Rodney King sont acquittés. La chanson Fuck Tha Police accompagne les émeutes violentes à Los Angeles et marque le cours de l’Histoire.  

Le jour où L.A. a pris feu | La Presse

En 1992, en plein cœur de Los Angeles, le slogan “Fuck Tha Police” résonnait avec les sirènes des camions de pompiers et le chaos dans laquelle la ville s’était retrouvée. La chanson Fuck Tha Police était devenue l’hymne des émeutes 92 luttant contre les violences policières et le racisme aux États-Unis. Écrite en 1989 par le groupe “le plus dangereux du monde” a.k.a Niggaz Wit Attitudes, ce titre revient sur le devant de la “scène” 3 ans plus tard et transforme le cours de l’Histoire.  

Dans les années 1980, la culture Hip hop et le rap décrivaient un monde de ghettos qui n'attendait qu’une étincelle pour exploser. Elle s’est en effet allumée lorsque les quatre policiers soupçonnés d’avoir battu l’automobiliste afro-américain Rodney King ont été déclarés non coupables alors que les preuves de violences excessives étaient présentes. Un habitant, vivant à côté de là où le passage à tabac a eu lieu, avait filmé la scène avec son caméscope privé. Les images avaient ensuite été diffusées sur toutes les chaînes d’informations. C’était la première fois qu’une de ces scènes était filmée.  

Le mercredi 29 avril 1992, le verdict a donc été rendu par le tribunal de Simi Valley (un  quartier majoritairement blanc) par des jurys majoritairement blancs également (aucun  jury n’était Afro-Américain). Après la libération des policiers, des manifestations relativement pacifiques ont commencé autour du tribunal et autour du département de police de Los Angeles, le Parker Center.  

À midi, les manifestations deviennent de plus en plus violentes, les vitres du tribunal sont brisées par des pierres lancées, une voiture de police est renversée et incendiée, le pare-brise d’une Jaguar garée sur le parking de Parker Center est cassé, etc... La colère monte et les émeutes se répandent dans tout Los Angeles pendant 6 jours (29 avril - 4 mai 1992). Durant ces émeutes, les manifestants criaient “fuck tha police”, ce slogan avait animé la colère et la rage des afro-américains. Ce slogan était aussi tagué sur les murs de Los Angeles comme nous pouvons le voir ici sur cette photo.  

Certes, le Hip Hop parlait depuis longtemps de l’oppression de la police envers les Afro-Américains, mais là, c’est différent. Cette chanson a eu des effets sans précédent. Par son refrain comportant les critères d’une hymne : une mélodie, des paroles et un rythme accrocheurs, la chanson a déclenché un rapport de force entre les protestataires et les policiers. Un sentiment de rage d’un côté et d’humiliation de l’autre.  

Cependant, le bilan de ces émeutes a été catastrophique : 52 morts, 2499 blessés, 6559 arrestations et plus de 446 millions de dollars de dégâts de matériels. Il s’agit des émeutes les plus meurtrières de l’histoire des États-Unis. Certains disaient que cette chanson aux propos vulgaires ont accentués les violences des émeutes, d’autres affirmaient que le message a aussi fait évoluer la société avec la nécessité d’avoir justice. En effet, Fuck Tha Police a apporté au niveau national et international une mise en lumière de la violence et de la pauvreté dans les ghettos américains, comme celui de Compton. 

Les membres du N.W.A sont devenus des “reporters experts” de la vie de ghetto et ont permis de donner une voix aux oubliés. De plus, ils ont légitimé des points de vue subversifs à l’égard de la police. Certes, à travers un langage violent et notamment des refrains injurieux, mais qui sont entrés dans le langage populaire.  

Le morceau est aujourd’hui classé 425ᵉ dans le classement des 500 plus grandes chansons de tous les temps par le magazine Rolling Stone. L’été dernier 2020, Fuck Tha Police a connu un regain d’écoutes de plus de 272% sur les plateformes de streaming après la mort de Georges Floyd. 

Cette deuxième jeunesse est signe que la situation ne s’est guère améliorée pour la  population afro-américaine. Le procès de Derek Chauvin - le policier qui a tué Georges Floyd - était très suivi dans tout le pays. Sa condamnation, établie le 25 juin dernier, d’une durée de 22 ans a été reçue comme historique. 

écrit le mardi 28 septembre 2021 par

Lucile Grolleau

Rédactrice pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Voir d'autres articles

mis à jour le vendredi 22 octobre 2021

Encore curieux ?