Culte

L'histoire de Pink Floyd en 5 dates majeures 

écrit par Lucas Sicaud le jeudi 7 octobre 2021

Janis > Culte > L'histoire de Pink Floyd en 5 dates majeures  >

L'histoire de Pink Floyd en 5 dates majeures 

Classic Rock In Pics on Twitter: "Pink Floyd, 1968… "
 

29 avril 1967 

L’histoire des Pink Floyd commence en 1965. Petit groupe de la scène underground jusque-là, c’est en 1967 qu’ils donnent leur premier gros concert à l’Alexandra Palace à Londres, en participant à une collecte de fonds organisé par le journal de contre-culture International Times. C’est après un premier concert en Hollande que le groupe arrivera aux premières lueurs du jour et jouera une partie de leur album The Piper at the Gates of Dawn composé en grande partie par Syd Barrett, chanteur et guitariste du groupe. Parmi la foule présente ce soir-là, on pouvait apercevoir des noms comme Jimi Hendrix, John Lennon, et Yoko Ono (pas encore ensemble à ce moment) en plein trip sous acide. Une date clé qui marque les premiers pas des Floyd sur la grande scène. L’ambiance et le lieu rappelleront sûrement à certains les free party en hangar désaffecté ! Pour des images en couleurs, ça se passe par là.  


avril 1968

Sombrant dans la folie et adepte des substances hallucinogènes, Syd manque régulièrement à l’appel. Pour palier à ses absences, le groupe décide d'embaucher David Gilmour. La fin de l’ère Barrett est ainsi marquée le 26 janvier 1968 lorsque le groupe décide d’assurer le concert de Southampton sans lui. Il enregistrera tout de même deux albums en 1970, mais se retirera de la vie publique pour s'isoler dans la banlieue de Cambridge et s'adonner à la peinture. Nick Mason, le batteur du groupe, se souvient d’un jour où un homme chauve et bedonnant s'était introduit dans le studio en plein enregistrement. Les membres du groupe n'avaient pas reconnu leur ancien ami, qui avait totalement sombré dans la folie.

« And I’m much obliged to you for making it clear That I'm not here »

How 1970 Became The Year Of Syd Barrett | GRAMMY.com

 

1er mars 1973

C'est ce jour-là que le disque Dark Side of the Moon sort. Un album rock d'un « niveau rarement atteint », selon le magazine Rolling Stones, qui restera 14 ans dans les charts américains, un record encore aujourd'hui inégalé. Cet opus a été enregistré avec l’excellent ingénieur son Alan Parsons, qui formera plus tard le Alan Parsons Project. Pour la première fois, le groupe veut se débarrasser des paroles perchées de leurs anciens albums et écrire de façon claire et directe. Les textes, majoritairement écrit par Roger Waters, traitent de la folie, de la politique ou encore de l'argent, des thèmes récurrents dans la discographie de Pink Floyd. Cet album contient de somptueuses ballades stratosphériques comme The Great Gig in the Sky avec la chanteuse Clare Torry en improvisation vocale lors de l'enregistrement, ou encore des riffs funky comme Money, inspiré du groupe de soul Booker T and the MGs. 

« No one told you when to run, you missed the starting gun »

 

30 novembre 1979

La sortie du double album The Wall fera entrer le groupe au Panthéon du rock et deviendra une référence en matière de rock. C’est certainement l’album le plus abouti et personnel de Rogers Waters, une œuvre sombre accompagnée d'un film réalisé par Alan Parker (Midnight Express, Mississipi Burning) racontant l'histoire d'une rock star qui se cache derrière un mur, qui l’isole peu à peu du monde et le rapproche de la folie. Si Waters a composé une grande majorité des chansons de l'album, Gilmour a tout de même signé plusieurs solos lumineux et a influencé plus d'un guitariste avec son riff mémorable en delay sur Run Like Hell. À ce jour, il s’en est écoulé quelque 30 millions de copies, ce qui en fait le double album le plus vendu de toute l'histoire. Mais ce disque signe aussi le début de la fin du groupe, Rogers Waters décidera de virer Rick Wright, le claviériste, pour manque d'investissement, ils ne retrouveront alors jamais leur aura d’auparavant. Pour les curieux, voici le fameux riff de Run Like Hell en live en 1980. 

« All in all you're just another brick in the wall » 

 

2 juillet 2005

En 1985, après des années de conflits entre Rogers Waters et les autres membres du groupe, il décide de quitter la formation et le fera par le biais d'un courrier recommandé envoyé au domicile de chacun… C'est donc 20 ans après que le groupe au complet se retrouve pour un événement exceptionnel, le Live 8 au Hyde Park à Londre. Bob Geldof, chanteur des Boomtown Rats et acteur principal du film The Wall, organisa ce concert en vue de faire pression sur les dirigeants de la planète afin d'effacer la dette publique des pays pauvres. Avant de jouer pour la dernière fois tous ensemble leur titre Wish You Were Here, Waters aura une pensée pour leur vieil ami Syd Barrett, à qui cette chanson est dédié. Nick Mason, le batteur, racontera qu'après le concert, une émotion palpable débordait de chacun, mais qu’aucun d'entre eux ne la laissa transparaître.
 
« Well I can ease your pain,
Get you on your feet again 
» 

Afin d'honorer la mémoire de Richard Wright décédé en 2006, David Gilmour et Nick Mason sortiront un dernier album en 2014 sans Roger Waters, The Endless River. Dans cet article, j’aurai aussi pu vous parler du concert exceptionnel donné à Pompeii sans aucun public pour leur disque Meddle, ou bien encore du très bon album Animals, qui se base sur le roman de George Orwell La Ferme aux Animaux. Ils auront été un des groupes précurseurs du rock progressif, avec des textes engagés, des riffs qui resteront à jamais gravé dans l'histoire de la musique et une influence qui ira de David Bowie à Radiohead.

écrit le jeudi 7 octobre 2021 par

Lucas Sicaud

Rédacteur pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Voir d'autres articles

mis à jour le vendredi 22 octobre 2021

Encore curieux ?