Culte

(Re)découvrir Dire Straits : récit d’un groupe mythique des années 80

écrit par Sarah Krakovitch le jeudi 20 janvier 2022

Janis > Culte > (Re)découvrir Dire Straits : récit d’un groupe mythique des années 80 >

(Re)découvrir Dire Straits : récit d’un groupe mythique des années 80

 

30. C’est le nombre d’années qui nous séparent de la sortie du dernier album du groupe londonien Dire Straits. Il y a 30 ans sortait le sixième et dernier opus d’un des plus grands groupes de rock des années 80. Bien plus long que ses prédécesseurs, cet opus est né dans un climat de fatigue et de désirs solos des membres du groupe, qui tireront leur révérence peu après, en 1993. Si beaucoup ont accueilli cet album d’adieu avec un goût amer, considérant qu’il était peu à la hauteur des précédentes œuvres du groupe, de nombreux morceaux seront tout de même des succès mondiaux reflétant seize années de gloire et autant de talent.


(Re)découvrir Dire Straits : récit d’un groupe mythique des années 80

Nombre d’entre vous connaissent le tube Sultans of Swing, considéré à jamais comme l’hymne et l’âme de Dire Straits. Mais peu connaissent les autres albums du groupe londonien, pourtant l’un des plus en vogue des années 80. D’une part parce que sa sortie de piste n’a pas eu lieu sous le feu des projecteurs au terme d’un historique et mémorable concert, mais aussi et surtout car le projecteur a souvent été braqué sur Mark Knopfler, le guitariste, chanteur, compositeur et leader de Dire Straits, à l’origine de la création du quatuor et de sa dissolution.

"To be in dire straits », en français littéralement « être dans une situation désespérée »… ou « être dans la dèche ».  C’est ainsi que se sont baptisés Mark Knopfler, David Knopfler (frère cadet de Mark, chanteur et guitariste), John Illsley (bassiste) et Pick Withers (batteur) durant l'été 1977, donnant naissance à Dire Straits. Un an plus tard, leur premier album éponyme, contenant notamment le titre Sultans of Swing composé par Mark Knopfler, lançait le groupe. 

S'ensuivront cinq albums aux succès notables, parmi lesquels l’inoubliable Brothers In Arms en 1985, qui s’écoulera à 30 millions d’exemplaires. Il est aussi le premier album de l’histoire à dépasser le million de CD vendus, tout nouveau support à l’époque. S'ensuivra d’ailleurs une immense tournée au succès planétaire. Autant dire que les fans du groupe britannique attendaient le retour de Dire Straits avec impatience, après 5 ans d’absence.

(Re)découvrir Dire Straits : récit d’un groupe mythique des années 80

Pourtant, en 1985, ce dernier, épuisée par la tournée de l’album sur lequel on retrouve les célèbres titres Brothers in Arms, Walk Of Life ou encore So Far Away, battait déjà de l’aile depuis quelque temps. Le batteur, Terry Wiliams, avait déjà quitté le groupe et commencé une carrière solo lorsque On Every Streets pointa le bout de son nez, en 1991. Cet album aux sonorités folk accompagnées des guitares acoustiques offre des sonorités plus jazz, à l’image du morceau Planet of New Orleans

La fameuse guitare National, dite guitare à résonateur, si caractéristique des morceaux célèbres de Dire Straits et présente sur l’album Brothers in Arms, n’est que très peu au rendez-vous sur ce dernier opus. Elle est remplacée par le Pedabro joué par Paul Franklin sur des morceaux comme You and Your Friend, le solo de Terry Williams, qui avait déjà quitté le groupe lorsque l’album est sorti. Mais la guitare National, devenue emblème du groupe, figure sur de nombreuses illustrations de single, et n’a jamais quitté les mains de Mark Knopfler après la dissolution du groupe.

Parmi les douze titres, on retrouve aussi le morceau Calling Elvis, sorti en 1991, un mois avant l’ultime album. Succès dans le monde entier et notamment en Europe, le titre, qui raconte l'histoire d'un fan d'Elvis Presley pensant que "le King" est toujours vivant, se classera numéro 7 des meilleures ventes de singles en France. Le clip met en scène les membres du groupe sous la forme de marionnettes et deviendra très célèbre et contribuera au succès du morceau. Il est signé Gerry Anderson.

 

Succès brutal ou trop fulgurant, tensions, envies d’émancipations… Nombreuses sont les raisons qui entraînent souvent l’implosion de ces groupes mythiques auréolés par la critique et le public, mais dont l’enchantement est souvent éphémère. Dire Straits n’en reste pas moins l’un des plus grands groupes de rock des années 80. La promotion de leur album On Every Streets marque les dernières apparitions du groupe sur scène, à hauteur de 230 dates, dont la dernière à Saragosse en Espagne, le 9 octobre 1992.

écrit le jeudi 20 janvier 2022 par

Sarah Krakovitch

Rédactrice pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Voir d'autres articles

mis à jour le jeudi 27 janvier 2022

Encore curieux ?