Culte

Electric Ladyland de Jimi Hendrix : une des pochettes les plus controversées de la musique

écrit par Maxim Ginoux le mercredi 26 janvier 2022

Janis > Culte > Electric Ladyland de Jimi Hendrix : une des pochettes les plus controversées de la musique >

Electric Ladyland de Jimi Hendrix : une des pochettes les plus controversées de la musique

 

Le troisième et dernier album studio du Jimi Hendrix Experience, Electric Ladyland, était énormément attendu à sa sortie. Hendrix était au plus haut dans sa carrière, il faisait sensation partout où il passait. Son génie et son talent étaient sa meilleure pub. Hendrix était la voix de toute une génération et tout le monde le savait. Ainsi, le fait qu’il faille un coup promotionnel pour cet album semblait un peu redondant. Pourtant, l’histoire de la pochette de Electric Ladyland est entachée de ce coup publicitaire et sans ça, l’album aurait quand même marqué un grand coup d’éclat sur la scène musicale de la fin des années 60.


Electric Ladyland de Jimi Hendrix : une des pochettes les plus controversées de la musique

Si l’album est l’un des plus réussis de Jimi Hendrix, un des plus aboutis, c’est aussi un album avec lequel il n’est pas tout à fait en phase. Musicalement, l’album est du Hendrix pur du début à la fin. Mais le reste est resté entièrement entre les mains de la maison de disques, et ni Hendrix ni le groupe n’en étaient vraiment satisfaits. En effet, la maison de disques a pris en charge la direction artistique et Hendrix est resté un peu sur sa faim.

La pochette de l’album, qui est probablement l’un des aspects les plus mal gérés de la sortie de l’album, en est le parfait exemple. L’album est initialement sorti au Royaume-Uni en 1968, avec une pochette composée d’une photographie de 19 femmes nues sur un fond noir. Cette pochette aussi inattendue que provocatrice, a évidemment fait couler beaucoup d’encre après sa sortie en raison de la représentation non censurée "d’images provocantes".

Hendrix, quant à lui, avait imaginé la pochette de façon complètement différente et plus élaborée. Son erreur est d’avoir tardé à faire part de ses idées à la maison de disques, ce qui a poussé les dirigeants à prendre les choses en main. 

Chris Stamp, chef de Track records – le label britannique d’Hendrix – a envoyé le photographe David Montgomery dans un bar clandestin pour réaliser une séance de photos pour l’album. Stamp aurait ainsi payé 19 femmes pour poser pour la couverture – jusqu’à 10 livres sterling si elles étaient entièrement nues. Le produit final n’est cependant pas à la hauteur et son effet est plutôt décevant. Les mannequins pour la photo n’aimaient pas non plus le résultat final, trouvant qu’elles paraissaient toutes plus vieilles et fatiguées. 

Electric Ladyland de Jimi Hendrix : une des pochettes les plus controversées de la musique

Si l’album est entré dans l’histoire comme ayant l’une des couvertures les plus distinctives de tous les temps, il n’en reste pas moins que la plupart des gens ne trouvaient pas l’image attrayante. Et cela inclut pas mal de gens, des disquaires aux critiques en passant par le public, et même Hendrix en personne. Le grand Jimi comprend le mécontentement du public anglais et l’approuve même déclarant à l’époque qu’il n’aurait pas choisi cette photo pour promouvoir son nouvel album. 

C’est sûr, niveau publicitaire, c’est marquant. Chez le disquaire, au milieu de tous les albums avec des pochettes plus ou moins basiques visuellement, Electric Ladyland avec sa pochette pornographique tape à l’œil directement. L’album ne manque certainement pas de susciter l’intérêt. Mais éthiquement parlant, c'est très limite. Le corps de la femme est utilisé à des fins commerciales, comme un appât pour inciter le public à acheter le disque. La femme est encore une fois objectifiée, pratique encore trop souvent utilisé par nos amis publicitaires. Car dès le départ, l’intention derrière l’utilisation d’une photo de femmes nues pour la couverture n’était pas de faire de l’art, mais plutôt d’augmenter les ventes. 

L’idée originale d’Hendrix pour cet album est bien loin du résultat final. À la base, Hendrix voulait demander à Linda Eastman – qui épouserait Paul McCartney l’année suivante – de prendre une photo de lui et le groupe près de la statue d’Alice au pays des merveilles dans Central Park avec des enfants autour d’eux. Il avait même fait des dessins pour illustrer plus précisément son idée. Projet qui aboutira, mais trop tard. 

Electric Ladyland de Jimi Hendrix : une des pochettes les plus controversées de la musique

Mais Reprise Records – sa maison de disques aux États-Unis – ne tient toujours pas compte de son envie et l’album est publié avec la pochette qu’on lui connait – la photo floue rouge et jaune d’Hendrix qui est devenue très populaire aujourd’hui.

Electric Ladyland de Jimi Hendrix : une des pochettes les plus controversées de la musique

Pour Hendrix, en tant qu’artiste travaillant sur l’album depuis sa création, et en tant qu’énorme perfectionniste, ce manque de contrôle sur son propre travail a dû être très frustrant. La pochette de l’album bien que boudée au départ par l’artiste et le public, est devenue l’une des pochettes les plus populaires de tous les temps. 

Maxim Ginoux
écrit le mercredi 26 janvier 2022 par

Maxim Ginoux

Rédacteur pour Janis, nouveau média 100 % musique lancé par LiveTonight

Voir d'autres articles

mis à jour le vendredi 4 mars 2022

Encore curieux ?