Culte

Gossip : du post-punk revival au dance rock

écrit par Laurine Guilbert le vendredi 15 avril 2022

Janis > Culte > Gossip : du post-punk revival au dance rock >

Gossip : du post-punk revival au dance rock


Le nom de Gossip ne vous évoque peut-être rien, mais vous avez forcément entendu le trio à la radio au début des années 2010. Avec de nombreux hits, le groupe formé en 1999 aux États-Unis a su se trouver un public tout autour du globe. Nous vous proposons un petit rafraichissement de mémoire en revenant sur leur carrière. 

Gossip : du post-punk revival au dance rock

Beth Ditto (voix), Nathan Howdeshell (guitare, claviers, basse) et Kathy Mendonça (batterie), tous les trois originaires de la campagne de l’Arkansas, emménagent ensemble dans l’État de Washington, suivant la batteuse partie étudier là-bas. Très vite, les choses s’enchaînent. Le groupe formé sous le nom de The Gossip sort un premier EP, sobrement intitulé The Gossip (1999), puis rapidement un premier album studio, That’s Not What I Heard (2001), puis un second EP l’année suivante, Arkansas Heat (2002), faisant écho à leurs racines. En 2003, après l’enregistrement d’un deuxième album, Movement, Kathy quitte le groupe, et est remplacée par Hannah Blilie à la batterie. 

Musicalement, cette première période pour le groupe est très brute, mélangeant garage rock et post-punk. Les riffs de guitare sont simples et entraînants, le tout bien rythmé sur une batterie ne lésinant pas sur la cymbale crash. Quant à la voix, Beth Ditto nous scande ses textes avec une telle fougue, qu’il est parfois difficile de tout comprendre, et c’est ce qu’on aime. L’énergie est débordante aussi bien en studio qu’en live. Les chansons ne dépassent quasiment jamais les trois minutes, la classique formule punk. Pour citer quelques morceaux, Sweet Baby ou encore Don’t (Make Waves) sont des incontournables de cette période. 

Cependant, un morceau qui a retenu mon attention plus que les autres est Yesterday’s News, dont la version live de Liverpool est mémorable. La guitare donne un rythme calme, avec une batterie silencieuse, et une voix plus posée qu’à l’habitude. Puis, après une courte pause, le morceau prend un tournant et se durcit, gagnant de plus en plus en puissance, et laissant place au punk rock habituel que l’on connaît au groupe, pour ensuite redescendre, puis s’éteindre. Ce morceau est un exemple parfait pour illustrer toute l’étendue de la fabuleuse voix de Beth Ditto. Sur le même album live on peut également entendre une reprise très électrique de Careless Whisper de George Michael, n’en déplaise aux puristes. 

La reconnaissance et le succès arrivent petit à petit, notamment en Europe, avec Standing In The Way Of Control (2006). Le titre éponyme est tout simplement déjanté, et son gimmick vocal entêtant, une parfaite recette pour être jouée en festival. Sans même parler de l’énergie renversante de Beth Ditto sur scène. 

On trouve également sur ce disque des titres beaucoup plus posés, s’approchant plus de la pop rock avec des mélodies plus travaillées, notamment sur Coal To Diamonds. L’album se vend à près de 200 000 exemplaires au Royaume-Uni. Le groupe réussi enfin à se faire une place de choix sur le marché, sans même savoir le succès qui les attendrait trois ans plus tard. 

2009, Music For Men sort. Il est le quatrième album studio du trio américain. Heavy Cross, le premier single, paraît le 28 avril, et c’est un carton plein. On l’entend partout sur les ondes et les passages télévisés se succèdent. On retiendra celui sur France 2 dans l’émission Taratata, tout simplement excellent. 

Ce titre, qualifié de dance-rock, tend plus vers le punk lors des lives, tant Beth pousse sa voix. Mais les claviers sont bien présents, pour nous rappeler que nous sommes à l’aube des années 2010. Au cours de la même émission, ils reprendront même I Wanna Be Your Dog des Stooges, en le rendant encore plus violent (la vidéo est disponible sur le site de l’émission, pour les plus curieux d’entre vous). Encore un témoignage de leurs influences punk. 

Pour en revenir à l'album, on trouve des titres beaucoup plus pop rock et grand public que les tout premiers albums. Il faut dire que le groupe à déjà 10 ans à cette époque, et leur évolution vers un style plus moderne et moins brut est compréhensible. Autre hit pas mal entendu sur les ondes françaises, Love Long Distance, dont le clip vous dira peut-être quelque chose. 

Mais le groupe ne se détache pas complètement d’un bon rock, comme en témoigne 8th Wonder. Les ventes de l’album s’élèvent à environ 1 000 000 de copies dans le monde entier, cependant le succès du groupe reste modéré aux USA, avec seulement 40 000 ventes (contre quasi 300 000, rien qu’en France). 

Gossip continue sur sa lancée, et publie A Joyful Noise (2012). Ici encore, les titres tirent sur la pop rock. Avec des couplets relativement doux, et des refrains plus percutants, sans pour autant être aussi bruts que dans les années 2000. Perfect World, illustre parfaitement ces propos. 

Mais le titre far sur ce dernier album est Move In The Right Direction, très mainstream à l’époque de sa sortie. Avec des synthés à tout va, et une batterie remplacée en grande partie par des rythmes synthétiques, ce tube à tout pour nous faire danser. Nous sommes bien loin du post-punk de leurs débuts, mais pourtant, le groupe excelle tout aussi bien dans les deux genres. 

Depuis 2016, le groupe est séparé, les perspectives d’avenir étant différentes pour chacun des membres. Beth Ditto se concentre sur une carrière solo, ainsi qu’une ligne de vêtements. Cependant, Gossip se reforme lors d’une tournée anniversaire en 2019. Pouvons-nous peut-être espérer un nouveau disque ? Affaire à suivre… En attendant, Janis vous a concocté une playlist aux petits oignons, pour vous faire voyager du post-punk brut de décoffrage, au dance-rock de Gossip. 

écrit le vendredi 15 avril 2022 par

Laurine Guilbert

Rédactrice pour Janis, nouveau média 100% musique lancé par LiveTonight

Voir d'autres articles

mis à jour le jeudi 5 mai 2022

Encore curieux ?